Voyage au Mozambique et sécurité : risques, dangers et conseils de voyage

Le Mozambique est une nation africaine qui offre un large éventail d’expériences, depuis sa longue côte bordée de palmiers jusqu’au riche mélange de cultures et d’influences historiques évidentes à l’intérieur de ses frontières. Le pays abrite des zones côtières, une vie marine dynamique, des écosystèmes coralliens sains et des archipels, complétés par des expressions culturelles dynamiques et des vestiges de l’architecture coloniale. Cependant, le Mozambique connaît ses propres dangers et les voyageurs qui planifient un voyage au Mozambique doivent être préparés aux conditions de voyage dans un pays en voie de développement.

Les zones à éviter au Mozambique

En raison du niveau de menace élevé résultant des affrontements en cours entre les groupes terroristes armés et les forces de sécurité, les autorités déconseillent tout voyage dans certaines zones de la province de Cabo Delgado. Il s’agit des districts suivants : Ancuabe, Macomia, Ibo, Meluco, Nangade, Muidumbe, Mocímboa da Praia, Palma et Quissanga. Les affrontements se sont intensifiés et représentent un danger important pour toute personne se trouvant à proximité ou à l’intérieur des zones de conflit. Les visiteurs qui prévoient de se rendre dans les régions mentionnées doivent être conscients que l’instabilité actuelle en matière de sécurité comporte un risque élevé de dommages. La nature fluide du conflit pourrait restreindre considérablement l’accès à l’aide d’urgence et compliquer les efforts d’évacuation de ces districts en cas de besoin.

La criminalité au Mozambique

Le Mozambique est considéré comme un point critique pour les opérations de traite des êtres humains, et sert de point de passage et de marché pour cette activité illicite. Les individus à l’intérieur du pays et au-delà de ses frontières sont la proie de diverses formes d’exploitation, y compris l’exploitation du travail, le trafic sexuel et la servitude domestique. Il s’agit d’un problème qui touche particulièrement les femmes et les jeunes filles qui sont souvent trompées par des promesses d’emploi ou de meilleures opportunités, et qui se retrouvent piégées dans des situations d’exploitation. Le phénomène de la traite sexuelle des enfants dans les zones urbaines s’intensifie, signalant une tendance alarmante qui exige une attention particulière.

La situation de déplacement interne du pays explique la vulnérabilité à la traite des populations : des factions armées non étatiques enlèvent des enfants et des femmes pour les soumettre à un travail involontaire ou à la traite sexuelle. Dans les zones rurales, les enfants sont contraints de travailler dans des secteurs tels que l’agriculture, l’exploitation minière et la vente dans la rue. Le problème est aggravé par la corruption des fonctionnaires, qui entrave les progrès dans la lutte contre ces crimes. Au Mozambique, le cadre législatif inadapté, les ressources et la formation limitées constituent une lacune notable de l’approche, qui suggère une sous-estimation par le gouvernement de la gravité du problème de la traite des êtres humains.

Parallèlement, le trafic d’êtres humains représente un défi important au Mozambique. Le conflit en cours dans les régions du nord du pays, qui remonte à 2017, a redirigé les itinéraires du trafic d’êtres humains vers l’ouest et le sud. Les provinces de Manica, Tete et Inhambane servent notamment de voies d’accès pour les migrants souhaitant se rendre en Afrique du Sud. Les tactiques employées par les passeurs varient, allant du voyage sans les documents appropriés à l’utilisation de papiers frauduleux. L’existence de pratiques corrompues parmi le personnel chargé de la sécurité aux frontières exacerbe la difficulté de lutter efficacement contre le trafic d’êtres humains.

Les enlèvements, notamment à des fins d’extorsion, constituent un autre problème criminel croissant au Mozambique. Il s’agit souvent de membres de la communauté d’affaires sud-asiatique et de leurs proches. Selon les enquêtes, certains employés de banque sont de connivence avec les criminels en identifiant des personnes fortunées comme cibles potentielles. Malgré le paiement des rançons demandées, les familles continuent de subir des menaces. Les enlèvements, qui se multiplient depuis 2020, semblent être liés à des réseaux criminels opérant en Afrique du Sud. La crise des enlèvements au Mozambique, bien que persistante depuis plus de dix ans, a connu une intensification notable, avec une augmentation des cas importants, en particulier dans la capitale, Maputo.

Le drogue

Le Mozambique est devenu un point névralgique dans le commerce international des stupéfiants, notamment en ce qui concerne l’héroïne. Chaque année, un volume important de cette substance transite par le pays. Le réseau, encadré par une réglementation stricte et supervisé par des syndicats familiaux ayant des liens avec des représentants du pouvoir politique, est responsable de la gestion de la part du pays dans ce marché illégal. Le contrôle exercé par l’État a toujours permis d’apaiser les conflits potentiels entre les principales familles de narcotrafiquants et d’empêcher la majeure partie de l’héroïne d’infiltrer le marché national. Néanmoins, plusieurs observations suggèrent que cette mainmise s’est relâchée, comme en témoigne l’augmentation de la consommation d’héroïne chez les jeunes.

Les organisations à l’origine du trafic d’héroïne opèrent dans tout le Mozambique, influençant toute une série de provinces du nord au sud. Les activités ne se limitent pas à l’héroïne ; le Mozambique est également devenu un point d’entrée important pour la cocaïne. Les envois de cocaïne, petits et grands, sont transportés à travers le pays par différents moyens : l’air et la route pour les petites quantités, et les voies maritimes pour les envois plus volumineux. La réorientation de la lutte internationale contre les stupéfiants vers les points de transit d’Afrique de l’Ouest a involontairement donné à des pays comme le Mozambique le rôle d’itinéraires alternatifs pour les flux de stupéfiants.

Le défi du déplacement au Mozambique

Au Mozambique, les modes de transport public sont particulièrement peu nombreux. L’utilisation des services ferroviaires nationaux, bien qu’elle soit possible, n’est pas recommandée en raison du surpeuplement et du manque de vitesse notables des trains. En conséquence, les voyageurs potentiels sont fortement encouragés à prendre leurs dispositions en matière de transport par l’intermédiaire d’un voyagiste réputé. Pour les personnes qui optent pour la location d’un véhicule, le choix d’un véhicule à quatre roues motrices est conseillé en raison de la polyvalence et de la capacité accrues du véhicule. En outre, une assurance au tiers est obligatoire pour couvrir les dommages causés par le véhicule.

La prévalence des accidents de la circulation au Mozambique est une préoccupation importante, souvent attribuée au manque de respect du code de la route par de nombreux conducteurs. De plus, les conducteurs doivent être attentifs aux dangers potentiels tels que les nids-de-poule, ainsi qu’aux piétons et aux animaux qui peuvent s’engager inopinément sur la chaussée. Pour atténuer les dangers potentiels, les déplacements en groupe ou en convoi peuvent être envisagés. La menace d’un détournement de voiture, bien que relativement rare, nous rappelle de rester vigilants et d’éviter les situations qui pourraient conduire à des rencontres criminelles.

La conduite sous l’influence de l’alcool ou de drogues n’est pas seulement dangereuse, mais elle est strictement appliquée et passible d’une peine d’emprisonnement immédiate au Mozambique. Les automobilistes doivent être conscients de la norme de conduite à gauche de la route. Dans les grandes agglomérations, les infrastructures routières sont généralement d’un niveau acceptable. Toutefois, au-delà des limites de la ville et des grands axes routiers, les routes risquent d’être en mauvais état. L’utilité d’un véhicule à quatre roues motrices devient alors évidente, surtout en cas de mauvais temps, comme pendant la saison des pluies.

La situation sécuritaire au Mozambique

Les considérations de sécurité sont primordiales lors de l’organisation d’un voyage au Mozambique, qui s’est imposé comme une destination de vacances en Afrique grâce à son vaste littoral bordé par l’océan Indien. De nombreux touristes fréquentant les stations balnéaires apprécient leur séjour sans problème, mais la sensibilisation aux problèmes de sécurité locaux est importante. Dans les zones urbaines, les activités criminelles mineures telles que les vols sont fréquentes. Les touristes et les résidents doivent se méfier des petits délinquants, qui sont connus pour voler des objets personnels et faire les poches, même pendant la journée. Les effractions de véhicules sont une autre source d’inquiétude, en particulier dans les centres commerciaux, les lieux de loisirs et les stations de transport.

Les infractions plus graves, notamment les vols à main armée, les détournements et les cambriolages d’habitations, sont également signalées, révélant un certain degré d’activité criminelle violente. Malgré leur caractère sporadique, ces incidents soulignent l’importance de mesures de sécurité rigoureuses et d’une bonne connaissance de la situation. Par ailleurs, plusieurs cas d’enlèvement ont été enregistrés, visant principalement les habitants aisés des grandes villes telles que Maputo et Matola. En outre, certaines régions du Mozambique sont confrontées à la menace terroriste, la province septentrionale de Cabo Delgado étant le théâtre d’activités insurrectionnelles. Dans cette région, éloignée des principaux sites touristiques, les voyages non essentiels sont déconseillés.

Les manifestations publiques, liées au mécontentement politique ou social, ne représentent pas un problème majeur depuis quelques années. Néanmoins, les voyageurs doivent se tenir informés de la situation actuelle et éviter les zones de manifestation éventuelles pour garantir leur sécurité personnelle. Malgré la nature et la grande culture du Mozambique, les visiteurs doivent faire preuve de prudence et se tenir au courant des conditions de sécurité dans le pays. Les mesures telles que la conservation des objets de valeur, l’interdiction de se déplacer après la tombée de la nuit dans les quartiers urbains et la prise en compte des conseils des autorités locales peuvent contribuer à une visite agréable et sans encombre.

L’infrastructure médicale au Mozambique se compose principalement d’un nombre limité d’établissements privés concentrés dans les principales zones urbaines. La plupart du temps, ces établissements sont confrontés à des pénuries de fournitures médicales, et les services de santé locaux ne sont généralement équipés que pour fournir des soins élémentaires. Les prestataires de soins de santé exigent généralement un paiement initial en espèces. En cas de maladie ou de blessure grave, une évacuation médicale vers l’Afrique du Sud est nécessaire. Les visiteurs doivent souscrire une assurance voyage complète qui couvre à la fois l’évacuation médicale et les séjours à l’hôpital.

Quelques conseils de sécurité supplémentaires à suivre lors d’un voyage au Mozambique

Le Mozambique regorge de découvertes interculturelles et de merveilles naturelles. Néanmoins, pour garantir un voyage en toute sécurité, une certaine connaissance et une bonne préparation sont nécessaires. Le paludisme représente un risque sanitaire important au Mozambique, avec un potentiel d’issue fatale. Il s’agit d’une maladie qui se transmet par la piqûre de moustiques hébergeant le parasite Plasmodium. Pour réduire le risque de paludisme, les voyageurs doivent commencer à prendre des médicaments antipaludéens avant leur visite et continuer à les prendre pendant toute la durée de leur séjour. De plus, une bonne quantité de répulsif pour les insectes et l’utilisation de moustiquaires, souvent fournies dans les hébergements, sont conseillées.

Le VIH/SIDA est un problème de santé important au Mozambique. Le virus se transmet principalement par des relations sexuelles non protégées, le partage d’aiguilles ou l’utilisation d’équipements médicaux contaminés. Pour réduire les risques, la pratique de nouvelles relations sexuelles est déconseillée pendant le voyage, et l’utilisation de préservatifs est recommandée à titre de précaution. Quant à la prévention des maladies liées à la chaleur, les visiteurs venant de climats plus frais sont susceptibles de souffrir d’épuisement par la chaleur. Les mesures préventives comprennent l’hydratation, le port de vêtements de protection tels qu’un chapeau à large bord et l’utilisation d’une crème solaire. En cas de symptômes, la réhydratation est essentielle, de même que la recherche de l’ombre ou d’un environnement climatisé.

En matière de la sécurité de l’eau et de la nourriture, les voyageurs doivent éviter l’eau du robinet et les glaçons et opter plutôt pour de l’eau en bouteille et des boissons scellées. La consommation d’aliments entièrement cuits est recommandée pour minimiser le risque de maladies d’origine alimentaire. Le Mozambique offre un degré relatif de sécurité aux voyageuses, sous réserve du respect de certaines précautions. Les déplacements en solitaire ou les promenades nocturnes sont déconseillés. La fréquentation de bars et de boîtes de nuit sans être accompagnée ou l’acceptation de boissons non sollicitées de la part d’inconnus peuvent accroître la vulnérabilité.

Conclusion

Le Mozambique est un pays délicat qui pose un certain nombre de problèmes de sécurité aux visiteurs. Pour ces raisons, vous devriez faire appel à une agence locale comme Voyage Mozambique. Dans les zones urbaines, les petits vols sont fréquents et les voyageurs à pied sont souvent victimes de délits opportunistes, même en plein jour. Les activités criminelles plus graves présentent des risques importants. En outre, le Mozambique a connu des enlèvements, principalement concentrés dans les grands centres urbains. Historiquement, les incidents pénibles touchent principalement les résidents aisés. Par ailleurs, un risque de terrorisme est reconnu dans le pays, ce qui ajoute un niveau de complexité supplémentaire aux considérations de sécurité pour les visiteurs potentiels.

Autres pays d’Afrique

Voyage en Algérie et sécurité : risques, dangers et conseils de voyage

Voyage en Afrique du Sud et sécurité : risques, dangers et conseils de voyage

Voyage en Ouganda et sécurité : risques, dangers et conseils de voyage

Voyage en Libye et sécurité : risques, dangers et conseils de voyage

Voyage au Nigeria et sécurité : risques, dangers et conseils de voyage

Voyage au Rwanda et sécurité : risques, dangers et conseils de voyage

Voyage à Madagascar et sécurité : risques, dangers et conseils de voyage

Voyage en Tanzanie et sécurité : risques, dangers et conseils de voyage

Voyage au Kenya et sécurité : risques, dangers et conseils de voyage

Voyage au Maroc et sécurité : risques, dangers et conseils de voyage

Voyage au Zimbabwe et sécurité : risques, dangers et conseils de voyage

Voyage en Zambie et sécurité : risques, dangers et conseils de voyage

Voyage au Mali et sécurité : risques, dangers et conseils de voyage

Voyage au Soudan et sécurité : risques, dangers et conseils de voyage

Voyage au Ghana et sécurité : risques, dangers et conseils de voyage

Voyage à l’île Maurice et sécurité : risques, dangers et conseils de voyage

Voyage au Gabon et sécurité : risques, dangers et conseils de voyage

Voyage en Égypte et sécurité : risques, dangers et conseils de voyage

Voyage en Tunisie et sécurité : risques, dangers et conseils de voyage

Voyage au Tchad et sécurité : risques, dangers et conseils de voyage

Voyage en Namibie et sécurité : risques, dangers et conseils de voyage